Pistes pédagogiques

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Téléchargez et imprimez le pdf.

Objectif : construire son espace de danse, seul ou à plusieurs, en partant des formes géométriques

1er temps : mise en disponibilité corporelle

SITUATION N°1
But :
choisir un espace au sol et s’y allonger pour prendre conscience de chaque partie du corps.

Consignes :
En position allongée sur le dos, les yeux fermés. Image : laisser sa trace sur le sol comme à la plage dans le sable.
Sentir :
Le poids des parties du corps qui reposent sur le sol : la tête, les épaules, les coudes, les poignets, les mains, la colonne vertébrale, le bassin, les fesses, les cuisses, les mollets, les talons…
Quelles sont les parties du corps qui ne reposent pas sur le sol ? les creux (le cou, le bas de la colonne lombaire, les genoux)
Quel est l’espace qui existe entre les 2 talons, entre chaque bras et la ligne médiane du corps, entre chaque jambe et la ligne médiane du corps ?
Quelle est la position des mains sur le sol (paumes de main face au plafond ou face au sol), l’orientation des orteils (vers l’extérieur, vers l’intérieur) ?
Y a t-il des différences entre le côté droit et le côté gauche : n’y a t-il pas une partie plus lourde qu’une autre ?

SITUATION N°2
But : en position allongée sur le dos, les yeux fermés, les bras le long du corps légèrement écartés, les jambes légèrement écartées, mobiliser individuellement différentes parties du corps, au sol, les yeux fermés. Faire le mouvement puis accueillir les sensations.

Consignes :
La tête : (les épaules restent fixes sur le sol)
–  la tête roule lentement sur le côté (Image : l’oreille essaie d’aller toucher l’épaule).
–  le menton monte vers le plafond
–  le menton descend sur la poitrine

Les mains :
En laissant les épaules plaquées au sol : faire glisser la main D sur le sol comme si elle était tirée par une ficelle image : comme si la main voulait toucher le pied du même côté puis revenir en position initiale. Idem avec la main G
Sentir que la main entraîne le glissement du coude, de l’épaule et de la tête sur le sol

La colonne lombaire/ le bassin :
Ramener les pieds près des fesses : les genoux pointent vers le plafond. Sentir toute la colonne lombaire qui repose sur le sol.
De cette position, avancer le genou D vers l’avant dans un petit mouvement qui va amener l’ouverture de l’aine droite. Idem à gauche.

La colonne vertébrale :
De la position, pieds près des fesses, genoux fléchis qui pointent vers le plafond. De cette position, laisser tomber les genoux vers la droite puis vers la gauche.
Idem, en accompagnant le mouvement avec la tête.
Idem, en plaçant la tête dans le sens opposé (ex : tête à gauche, si les genoux vont à droite). Etirement des muscles de la colonne vertébrale :
Se placer en position fœtale (sur le côté en ramenant les genoux vers la tête) puis se placer à genoux, avec les fesses placées sur les talons puis étirer les bras vers l’avant en posant les mains au sol puis revenir en petite boule (dos arrondi en gardant toujours fesses sur talons).

SITUATION N°3
But : remonter à la position debout.
Se placer à genoux et sentir le poids du corps sur les orteils en avant puis en arrière sur les talons. Poser talons et remonter par le coccyx en déroulant la colonne vertébrale peu à peu jusqu’à la position verticale. Enrouler et dérouler le dos plusieurs fois.

SITUATION N°4
But : trouver sa verticalité
Debout, s’ancrer dans le sol en étalant les orteils (« étaler ses racines dans le sol »), sentir la relation entre le haut du crâne et les talons. Etre à l’écoute de sa propre respiration.
Se laisser balancer en avant (porter le poids du corps sur les orteils), en arrière (porter le poids du corps sur les talons), sur le côté (porter le poids du corps sur le côté) sans que le corps se déforme … et revenir à une position verticale.
Faire un cercle en passant par les différentes directions (en avant, en arrière, côté).

SITUATION N°5
But : réveiller le corps
Petits massages pour réveiller la surface de la peau : frotter le visage, les bras, le buste, les cuisses, les mollets, les pieds…pour réveiller les pores de la peau.

2e temps : situation d’exploration guidée

SITUATION N°1
But : jouer avec son espace corporel proche (1)
C’est la bulle qui entoure le danseur. Elle se limite à l’espace personnel, déterminé par l’extension des jambes et des bras, sans changement de la base d’appui. Le théoricien Von Laban nome cet espace « la kinesphère ». Cette sphère se déplace avec le corps du danseur dans l’espace de déplacement.

Consigne :
Vous êtes dans une bulle : étendez les bras et les jambes pour la visualiser. Elle vous entoure, essayez de la toucher, de la parcourir, de la transpercer… Restez à l’abri dans cette bulle. A vous de jouer en représentant des formes géométriques : « Au pays du rond, tout est rond, je suis rond, mon corps est rond. Je forme des ronds, des arcs, des boucles, des courbes, des arrondis… »

Variables :
– les formes proposées : rond/carré/triangle
– le temps : rapide/lent, geste isolé/répété ou posture
– l’espace : grand/petit
– la partie du corps mobilisée : la main, le pied, le coude, le genou ou tout le corps
– l’orientation et la direction : devant, derrière, sur le côté, vers le haut, vers le bas, au sol

SITUATION N°2
But : jouer avec son espace corporel proche (2)
Ecrire son prénom en s’appuyant sur les 26 lettres de l’alphabet accrochées dans l’espace scénique2 :
– A B C D E F G H en haut (angle-milieu-angle-milieu-angle-milieu-angle-milieu-angle)
– I J K L M N O P à mi hauteur
– Q R S T U V W X en bas
– Y Z sol et plafond

bloc

Consigne :
Pour chaque lettre, choisir un geste dans la direction de la lettre, lui donner une couleur en jouant avec les variables (forme géométrique, temps, énergie, partie du corps mobilisée). Danser ensuite son prénom en « épelant » chaque lettre avec le corps.

SITUATION N°3
But : jouer avec son espace de déplacement
Il s’agit de l’espace que parcourt le danseur, dès qu’il quitte le premier appui, pour aller d’un point à un autre. (3)

Consigne :
Dessiner individuellement des tracés sous formes de lignes droites, courbes, angulaires, sinueuses…

Variables :
– la partie du corps mobilisée : le coude, la tête, le bras, le genou, le pied, le nez…
– l’orientation et la direction : en avant, en arrière, sur le côté, vers le haut, vers le bas
– la dimension : près du corps, de tout petit à très grand
– le niveau : de vers le haut jusqu’au sol (explorer les changements de niveaux : sauter, glisser, ramper, chuter, se relever, rouler…)
– le temps et l’énergie : rapide/lent, saccadé/fluide…

SITUATION N°4
But : choisir et respecter une trajectoire en dansant

Consigne :
Dessiner individuellement avec son déplacement sur le sol des formes géométriques : des cercles, des triangles, des carrés, des losanges…

Variables :
– la taille des figures, de très grand à très petit
– le sens du déplacement et l’orientation (en avant, en arrière, au sol…)
– la vitesse et l’énergie dans le déplacement
– le mode de déplacement : position du corps, nombre d’appuis au sol
– les rencontres avec les autres lorsque les figures se coupent

3e temps : situation de mémorisation et de composition

SITUATION
But : apprendre à choisir des mouvements et à composer une phrase corporelle à partir du travail d’exploration précédent.

Consigne :
– Construire une phrase corporelle qui intègre : une forme géométrique avec le corps, les lettres (ou quelques lettres) de son prénom, 2 déplacements
– Trouver une liaison entre les mouvements
– Utiliser différents rythmes et orientations
– Placer le regard intentionnellement sur chaque mouvement

Critères de réussite :
– Lisibilité des formes géométriques
– Tenue des temps d’immobilité du début et de la fin
– Absence de gestes parasites

4e temps : situation de communication aux spectateurs

SITUATION
But :
apprendre, en tant que danseur, à danser devant les autres, et en tant que spectateur, à lire le mouvement.

Consigne pour les danseurs :
Présenter sa phrase corporelle au sein d’un petit groupe (1/3 des élèves environ)
Consigne pour les spectateurs :
Observer en fonction des critères de réussite donnés précédemment.
Changement de rôles.

Recommandations pour l’enseignant :
Il est possible, dans un premier temps, de penser cette phase d’évaluation au sein d’un petit groupe de 3 élèves : l’un d’entre eux présente sa phrase corporelle aux deux autres spectateurs de son groupe. Puis on alterne les rôles.

Florence Dahy – CPD EPS 49


 

(1) Tizou PEREZ et Annie THOMAS, Danser les Arts, p. 119.
(2) L’endroit où évolue le danseur : cet espace est donc défini par le volume disponible pour le mouvement.
(3) Danser les Arts, p. 119.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Téléchargez et imprimez le pdf.

Objectifs :
– explorer un espace réduit organisé autour de son propre corps
– construire l’échange, le dialogue physique avec des partenaires, en expérimentant le contact

1er temps : mise en disponibilité corporelle

En dispersion, chercher différentes façons de se déplacer lentement. Au signal, s’arrêter et s’étirer le plus haut possible. Aux arrêts suivants, s’étirer devant, sur les côtés, vers le bas et jusqu’à descendre au sol.

Au sol, se déplacer sans se relever, doucement, trouver des déplacements différents dans la lenteur. Lorsqu’on rencontre quelqu’un, voir ce que l’on peut faire pour continuer sa progression : éviter, passer par-dessus, passer par-dessous, contourner, intégrer l’autre ou les autres…

En ordre dispersé, se déplacer puis à l’écoute, s’arrêter.

En dispersion, s’arrêter, puis descendre au sol et remonter ensemble : de façon naturelle, à l’écoute du groupe.

Le sac de billes : en partant groupés tous du même endroit, rouler pour s’éloigner les uns des autres et se répartir dans l’espace scénique.

2ème temps : situation d’exploration guidée

SITUATION N°1
But : seul, jouer avec son espace corporel proche (1)

C’est la bulle qui entoure le danseur. Elle se limite à l’espace personnel, déterminé par l’extension des jambes et des bras, sans changement de la base d’appui. Le théoricien Von Laban nome cet espace « la kinesphère ». Cette sphère se déplace avec le corps du danseur dans l’espace de déplacement.[1]

Consigne :
Vous êtes dans une bulle : étendez les bras et les jambes pour la visualiser. Elle vous entoure, essayer de la toucher, de la parcourir, de la transpercer…

Variables :
– l’énergie : caresser, frapper, déchirer, pincer, pousser, trouer…
– le temps : rapide/lent, geste isolé/répété
– la partie du corps mobilisée : la main, le pied, le coude, le genou
– l’orientation et la direction : devant, derrière, sur le côté, vers le haut, vers le bas

SITUATION N°2
But : seul, construire un volume avec son corps

Consignes :
– Marcher dans une direction, en regardant un point précis et s’immobiliser 3 secondes face à ce point
– « Habiter » le volume en ayant la sensation des appuis, de la forme du volume, du positionnement des parties du corps dans l’espace, de l’orientation du regard…
– Initier le mouvement d’entrée et sortie du volume par une partie du corps

Variables :
– la vitesse du mouvement : lent et (ou) rapide pour entrer et sortir du volume corporel
– la partie du corps qui initie l’entrée et la sortie du volume corporel

SITUATION N°3
But : par deux, épouser une forme / rentrer dans la forme

Consigne :
A est debout et propose une forme dans l’espace et utilise un certain « volume » dans l’espace.
B vient épouser une partie du corps de A avec son propre corps en cherchant une grande surface de contact : prolonger le volume corporel, s’emboîter en cherchant les espaces vides…
Alterner les rôles.

Variables :
– l’emplacement du contact (soit dessus : « épouser la forme », soit dessous : « rentrer dans la forme ») ; celui qui se retrouve dessous devient porteur
– effectuer un petit déplacement ou un changement d’orientation
– se déplacer à deux en gardant au maximum la forme et en variant l’énergie et la vitesse, l’orientation…

Variante : soulever ou être soulevé
A soulève B de façon à ce que ce dernier n’ait plus d’appuis au sol et le « dépose » à nouveau au sol. L’instant du porté peut-être plus ou moins long.
Recommandations : B ne doit pas glisser sur A et prend une position assez relâchée (ex: « je dors » afin de lâcher la tête, bras et jambes). A ne force pas et essaie de ne pas utiliser mains et bras pour porter (utilisation du buste, dos, bassin, cuisses…)

SITUATION N°4
But : par deux, explorer différentes façons d’entrer et de sortir d’un volume corporel
Consignes :

1. le partenaire A prend  un volume dans l’espace, en entrant par une partie du corps précise
2. le partenaire B prend appui sur A par différentes parties du corps en donnant du poids
3. le partenaire A explore différentes façons de sortir du volume :
– en quittant le point d’appui délicatement
– en diminuant la pression peu à peu
– en se repoussant et en augmentant la pression sur le point d’appuis
4- le partenaire A propose à nouveau dans un autre espace un volume corporel

Changement de rôles.

SITUATION N°4
But : des déplacements groupés

Consigne :
Par groupes de 5, se déplacer en se serrant. Penser à alterner le rôle du meneur si besoin.

Variables :
– vitesse et énergie : rapide/lent, fluide/saccadé
– espace et orientation : au sol, debout, à quatre pattes, en avant, en arrière, sur le côté…
– ajout de gestes repris par le groupe

SITUATION N°5
But : la frise, utiliser le procédé d’accumulation (1/2 groupe)

Consigne :
A se déplace et rejoint un espace sur scène, dans une posture de son choix. Puis B fait de même et vient se poser, en contact avec A. Et ainsi de suite avec tous les autres membres du groupe. Varier les déplacements.

Variables :
– la partie du corps en contact
– l’espace et l’orientation : au sol, debout, de dos, en fac, sur le côté…
– le déplacement (lent/rapide, au sol/debout…)
– le choix du partenaire : à chaque fois le danseur qui précède (sculpture collective étirée) ou à chaque fois le premier danseur (sculpture plus groupée) ou bien n’importe lequel des danseurs précédents…
– construire puis déconstruire (quitter la frise un à un)

3ème temps : situation de mémorisation et de composition

SITUATION
But : apprendre à choisir des mouvements et à composer collectivement à partir du travail d’exploration précédent (par groupes de 5)

Consignes :
– Construire une composition collective  qui intègre : un volume corporel individuel, une forme collective et un déplacement du groupe
– Trouver une liaison entre les mouvements
– Utiliser différents rythmes et orientations
– Placer le regard intentionnellement sur chaque mouvement

Critères de réussite :
– Lisibilité des formes collectives, du dialogue physique et des contacts
– Tenue des temps d’immobilité du début et de la fin
– Absence de gestes parasites

4ème temps : situation de communication aux spectateurs

SITUATION
But : apprendre, en tant que danseur, à danser devant les autres, et en tant que spectateur, à lire le mouvement.

Consigne pour les danseurs :
Présenter sa composition collective en respectant les consignes.

Consigne pour les spectateurs :
Observer en fonction des critères de réussite donnés précédemment.
Changement de rôles.

Recommandations pour l’enseignant :
Le dialogue corporel suppose une adaptation mutuelle au poids, au volume, à l’énergie de l’autre. Ce corps « matériau » ne doit pas nous faire oublier l’engagement affectif mis en jeu quand deux corps se rencontrent.[2]
Il est donc important de ne pas mettre en place ces situations sans avoir, dans un premier temps, exploré avec les élèves les notions de contact et de poids…

Florence Dahy – CPD EPS 49


[1] Tizou Pérez et Annie Thomas, Danser les Arts, p. 119.
[2] Perez Tizou et Thomas Annie, Danser les Arts, p. 129.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Téléchargez et imprimez le pdf.
Téléchargez et imprimez les images (pdf – 20mo).

Objectifs :
–  « Dessiner avec son corps » : aborder, par la danse, les composantes 
plastiques (formes, lignes et couleurs)
–  Tisser des liens entre deux modes d’expression et de communication : danse et arts visuels

1er temps : mise en disponibilité corporelle

Objectif : construction du schéma corporel en nommant et en prenant conscience de l’espace de son propre corps et des différentes parties du corps

SITUATION N°1
But : nommer et faire prendre conscience aux enfants des différentes parties du visage en le massant pour le réveiller et l’apaiser.

Consignes :
Seul, debout, assis en tailleur ou à genoux, le maître guide les enfants en faisant chaque action avec eux. Chaque action est répétée trois fois. Le maître nomme précisément chaque partie du corps ainsi que les locutions spatiales et les verbes d’action qui s’y rapportent.
– Le front : masser avec le bout des doigts (du centre vers l’extérieur, vers les tempes).
– Les sourcils : faire glisser les deux index, du haut du nez jusqu’aux oreilles ou pincer les sourcils entre le pouce et l’index.
– 
Les yeux : faire glisser les index sous les yeux sans appuyer en partant du haut du nez vers les tempes.
– 
Les paupières : caresser les paupières, passer doucement sur les globes oculaires.
– Le nez : glisser les index de haut en bas sur les ailes du nez ; remuer le bout du nez de gauche à droite.
– 
La bouche : le sourire du clown : faire glisser les index, de la lèvre supérieure aux oreilles, puis de la lèvre inférieure aux oreilles. Ouvrir la bouche pour dire: O, A, U, I, etc… Faire des grimaces. 
- La langue : la rentrer, la sortir, faire des ronds, la tendre de gauche à droite, de haut en bas.
– Les joues : tapoter, gonfler les joues, les creuser. Avec la paume des mains, faire bouger la peau des joues dans un sens, puis dans l’autre.
– Le menton : masser avec le bout des doigts.
– Le cuir chevelu : faire un shampoing tonique avec le bout des doigts, tapoter le crâne puis poser les mains à plat et faire bouger la peau du cuir chevelu en sentant bien les bosses du crâne.
– Les yeux : Sans bouger la tête, regarder vers le haut, vers le bas (plafond, sol), à gauche, à droite (d‘un côté, de l’autre), faire le tour complet (dans un sens, puis dans l’autre). Loucher. Ecarquiller les yeux, baisser les paupières doucement.
Les exercices des yeux sont très fatigants (à faire peu de temps).Entre chaque exercice, faire le « Palming » : avec ses mains, faire 2 coquilles bien creuses, les poser délicatement sur les yeux (chambre noire).

SITUATION N°2
BUT : debout, individuellement, chacun frotte les différentes parties de son corps qui sont nommées par le maître ou par les enfants. (cf. DSDEN 49 / ressources pédagogiques / EPS / rituels corporels en classe)

Variables :
–  les parties du corps nommées
 l’énergie : pour explorer des qualités différentes, utiliser d’autres verbes d’action à la place de 
frotter. Ex: caresser (doux), épousseter (vif et rapide), essuyer…

Recommandations pour l’enseignant :
– Il va guider les enfants en nommant avec précision les parties du corps frottées : le front, le nez, les joues, les oreilles, les épaules, les bras, les mains, les coudes, le ventre, les fesses, les cuisses, les mollets, les pieds…

– Il va donner un ordre à ce guidage : de haut en bas (pendant plusieurs séances par exemple, pour que ce sens de haut en bas soit intégré par les enfants) puis ensuite de bas en haut (pendant d’autres séances).

– Insister au niveau de cet apprentissage sur la précision des concepts spatiaux utilisés : dessus, sur/ sous, dessous du bras, du pied… devant : le ventre ; derrière : les fesses, les mollets…

SITUATION N°3
But : apprivoiser l’espace scénique par des déplacements.

Consignes :
Debout, se déplacer dans l’espace en ayant la conscience :
–  du rapport entre le bas et le haut du corps
–  des autres
S’arrêter à sa guise pour observer l’espace, puis repartir explorer :
–  le sol, les murs, les gradins, le plafond
–  la lumière et l’obscurité
–  les couleurs
–  les objets
Placer son regard à différents endroits, dans différentes directions : devant, en arrière, sur le côté, au sol, en l’air, de très près, de loin…
Par 2 : amener son partenaire à voir le détail choisi.


Variables :

– espace : directions, niveaux
– temps : rapidité ou lenteur des déplacements, détour
– relation/contact avec l’autre : façon de guider, de montrer, de désigner, d’accompagner

2ème temps : situation d’exploration guidée

Objectif : enrichir son vocabulaire gestuel et corporel

SITUATION N°1 : Les danseurs
But : reproduire une posture en s’inspirant des illustrations proposées.
Organisation : des reproductions disposées au sol au hasard de l’espace. Prendre du temps avec les élèves pour les observer et les décrire. Se déplacer de l’une à l’autre, passer d’une posture à une autre en variant les chemins.

Consignes :
– se déplacer dans l’espace et explorer les différentes postures possibles – reproduire la posture au sol
- reproduire sa posture en contact avec un partenaire


Variables :
– espace : orientation dans la reproduction, mais aussi dans les déplacements d’une posture à l’autre
- temps : rythme des déplacements (rapides ou lents), dans la construction de la posture
- relation : avec contact, reproductions collectives, bas-relief

Recommandations pour l’enseignant :
Il est important de réfléchir au type d’images proposées : du figuratif à l’abstrait, peinture ou sculpture, un seul personnage ou plusieurs…
Dans le cas de La boîte à joujoux, voir les images extraites de la création de Robert Swinston et des illustrations d’André Hellé.
Téléchargez et imprimez les images (.pdf – 20mo).

SITUATION N°2 : Le pinceau
But : dessiner ou reproduire une forme avec une partie du corps

Organisation : des dessins simples, des lignes ou figures, peuvent être déposés sur le sol. Prendre du temps avec les élèves pour regarder les formes et les lignes tracées : courbes, ouvertes, fermées, avec des angles, des lignes droites…

Consignes :
–  explorer différents dessins, puis en choisir un et le mémoriser (ce que l’on fait pour dessiner, en 
fermant les yeux par exemple)
–  reproduire au sol, contre un mur ou dans l’air, le dessin choisi, essayer de mémoriser les 
gestes

Variables :
–  corps : utiliser différentes parties du corps (la main tout d’abord, puis le coude, la tête)
–  corps : utiliser des appuis différents (le même dessin agrandi dans l’espace va nécessiter le 
déplacement d’un ou deux appuis, voire un plus grand déplacement encore)
–  espace : orientations différentes par rapport aux spectateurs (face, dos, sur une diagonale…)
–  espace : produire les formes dans 2 plans (vertical = debout contre un mur, horizontal = 
comme si on dessinait sur une table, sur le sol)
–  relation : seul puis à 2, en gardant le contact avec l’autre, jouer avec le contact perdu puis 
retrouvé

3ème temps : situation de mémorisation et de composition

SITUATION
But : apprendre à choisir des mouvements et à composer une phrase corporelle à partir du travail d’exploration précédent.

Consignes :
– Construire une phrase corporelle qui intègre : une posture + un dessin avec son corps + un déplacement
– Trouver une liaison entre les mouvements
– Utiliser différents rythmes et orientations
– Placer le regard intentionnellement sur chaque mouvement


Critères de réussite :
– Lisibilité des formes géométriques
– Tenue des temps d’immobilité du début et de la fin
– Absence de gestes parasites

4ème temps : situation de communication aux spectateurs

SITUATION
But : apprendre, en tant que danseur, à danser devant les autres, et en tant que spectateur, à lire le mouvement (apprécier les critères de lisibilité du mouvement et les communiquer aux danseurs).

Consigne pour les danseurs :
 Présenter sa phrase corporelle au sein d’un petit groupe (1/3 des élèves environ)
Consigne pour les spectateurs :
 Observer en fonction des critères de réussite donnés précédemment.
Changement de rôles.

Recommandations pour l’enseignant :
Il est possible, dans un premier temps, de penser cette phase d’évaluation au sein d’un petit groupe de 3 élèves : l’un d’entre eux présente sa phrase corporelle aux deux autres spectateurs de son groupe. Puis on alterne les rôles.
En cas de présentation devant un public plus nombreux, faire passer plusieurs élèves en même temps : plusieurs phrases individuelles simultanément, donc une baisse de l’appréhension, mais surtout un effet supplémentaire dû au hasard, aux similitudes, aux oppositions et aux rencontres…

Florence Dahy – CPD EPS 49

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Interview de Lautaro Prado, danseur, intervenant pour les ateliers danse. 6 novembre 2014.

 

Pendant deux semaines, plus de 300 enfants issus d’écoles d’Angers et du département de Maine-et-Loire ont passé une journée complète au CNDC / Théâtre Le Quai, dans le cadre du dispositif Danse à l’école avec l’éducation nationale. Atelier de pratique de la danse avec Lautaro Prado, danseur, atelier d’arts plastiques avec Amandine Poirier et Niels Behning, plasticiens, et moment en studio de création avec les danseurs de La Boîte à joujoux et Robert Swinston.

Ce fut l’occasion pour les élèves de découvrir avec Lautaro ce qu’est la danse contemporaine, le mouvement dans l’espace avec des objets et la création d’un paysage en écho à la pièce qui mêle danse et manipulation des décors.

Côté arts plastiques, Amandine et Niels ont amené les enfants à construire des scènes de La Boîte à joujoux avec des stickers imaginés à partir des dessins d’André Hellé.

Rencontrer les danseurs et le chorégraphe, les voir au travail, furent autant de moments de partage à la fois ludiques et instructifs.

Ici les élèves de la classe de Nathalie Coutereau (CM1-CM2) de l’école André Malraux des Ponts-de-Cé accueillis au CNDC le 13 novembre 2014.

 

Et là… merci aux élèves de la classe de Thomas Prono (CE1) de l’école Voltaire à Angers qui ont réalisé un journal de bord de leur journée passée au CNDC le 6 novembre 2014.

Téléchargez le journal de bord de l’école Voltaire

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Téléchargez et imprimez le PDF

Objectifs :

–          S’engager dans une recherche plastique puis dans une démarche de création en réutilisant des composants plastiques du spectacle de danse

Idée générale de création : « Imaginer sortir plusieurs jouets « réels » ou « imaginaires » de la Boîte à joujoux : les concevoir, les réaliser en 2D et les installer à l’aide de leurs costumes dans un univers, un décor et/ou une atmosphère à l’aide des composants plastiques ».

1er temps : découverte des composantes plastiques

Objectif : observer, décrire et établir des liens plastiques entre la page de l’album et les décors du spectacle (couleurs, formes, motifs, thèmes, ambiance)

But : montrer que les associations « couleurs, formes et motifs » créent des effets qui évoquent des ambiances et des atmosphères différentes suivant les compositions.

Consignes :

Pour chaque tableau de l’album repérer le thème, les couleurs, les formes et les objets
Expliciter les liens plastiques qui relient chacun des tableaux de l’album au décor correspondant dans le spectacle
Observer et décrire les tableaux de Sonia Delaunay, de Josep Grau-Garriga et de François-Xavier Alexandre. Relier chacun d’eux au tableau du spectacle qui lui fait écho. Expliciter ce lien.
Sonia Delaunay : Rythme Coloré (1946)
Robert Delaunay : Joie de vivre (1930)

Josep Grau-Garriga : A Max Ernst (1993) ; Mar grog (1997)

François-Xavier Alexandre : œuvres en noir et blanc présentées à l’exposition 2010 en l’église de Gouis

 2ème  temps : situations d’exploration guidée

 Objectif : enrichir son expérience plastique par des recherches et des essais

SITUATION n°1 – But : imaginer et dessiner des silhouettes variées

Consigne :

Imaginer et tracer les contours des jouets de formes ou de postures originales

Les idées peuvent trouver leurs origines parmi :

– les jouets que l’on connait

– les jouets que l’on préfère

– les personnages du spectacle

– les animaux sauvages et peu communs

– les figurines et les pantins que l’on peut trouver dans les albums

– les différentes pièces de jeux d’emboîtements

SITUATION n°1 bis – But : dessiner des silhouettes variées à partir de postures corporelles

Consigne :

Lors d’une séance de danse, après un temps d’échauffement ou d’activité, demander aux élèves de prendre des postures corporelles expressives dans lesquelles ils seront photographiés.

Découper ou décalquer les photographies imprimées en noir et blanc et constituer une galerie de silhouettes.

SITUATION n°2 – But : créer  des atmosphères à l’aide de couleurs

Consigne :

Constituer des nuanciers de couleurs par mélanges de peintures ou de craies grasses puis les regrouper par ambiance ou atmosphère :

–          couleurs des  saisons,

–          couleurs des moments de la journée

–          couleurs de la fête, de la guerre, de la sécheresse, de la pluie,…

SITUATION n°3 – But : créer des motifs

Consigne :

Observer et décrire les œuvres des peintres suivants (ou d’autres peintres suivant les ressources de l’école) pour approcher le concept de motif.

Sonia Delaunay : Woman’s cape (1920) ; Rythme Coloré (1946)

Robert Delaunay : Rythme Joie de vivre (1930) ; Couverture de berceau (1911)

Gene Davis : Adam’Rib (1980) ; Banjo (1981)

Alain Clément : œuvres sur papier

David Ferreira : séries Patchwork et Live

Ressources pour l’enseignant : Télérama hors-série – Sonia Delaunay au musée d’Art moderne de la Ville de Paris – Novembre 2014

Partager sa feuille en plusieurs zones et créer des motifs différents pour chacune d’elles. Proposer plusieurs outils et couleurs.

Les motifs peuvent être créer avec des feutres, des craies, de la peinture ou par découpage/collage ou déchirage/collage de papiers de différentes textures.

SITUATION n°4 – But : utiliser la texture du support pour créer des effets

Consigne :

Étendre des couleurs (craies, encres, peinture) sur différents types de papier (canson, kraft, calque, dos de papiers à tapisser gaufrés,…) pour produire des effets.

Élaborer un répertoire légendé des différents effets produits.

SITUATION n°5 – But : trouver une solution technique pour assurer la stabilité d’une figurine en 2D .

Consigne :

Réaliser un personnage sommaire en carton et trouver une manière de le maintenir debout à l’aide de languettes ou d’un socle… (Cette activité de recherche est centrée sur l’aspect technique, elle est de même nature que celle réalisée par les concepteurs des cubes quand ils ont dû trouver une solution pour les déplacer et les tourner).

3e temps : situation de création avec contraintes

Objectif : élaborer un projet plastique dans une perspective de présentation

SITUATION n°1 – But : Définir une intention et préparer la réalisation

Consigne :

Définir ensemble l’intention du projet plastique

(Les élèves peuvent être regroupés par 3 ou 4, chacun réalisant un personnage dans une intention commune)

– quels personnages ou volumes composeront le groupe et seront réalisés, 3 ou 4 en fonction du nombre d’élèves dans le groupe (personnes, animaux, personnages inventés)

-quelle « histoire » les rassemble

-de quelle « ambiance » ils seront vêtus. « Ambiance » qui sera traduite par le choix des couleurs, des motifs et la nature des papiers (« ambiance » cf. situation n°2 du temps d’exploration).

Les élèves pourront puiser des idées dans les traces construites à l’issue des situations d’exploration.

Établir la liste du matériel nécessaire

SITUATION n°4 – But : réaliser en respectant l’intention choisie  et les contraintes

Consigne :

Réaliser les personnages en tenant compte des contraintes suivantes :

–          construire un personnage ou un volume par élève

–          respecter la « ligne » plastique choisie par le groupe

–          utiliser les matériaux, formes, motifs et couleurs dont l’objectif est de faire percevoir au « visiteur » l’histoire qui réunit les personnages

4e temps : Présentation et évaluation

Objectif : auto-évaluer la pertinence des choix au regard de l’intention initiale

SITUATION n°1-But : préparer l’exposition des réalisations

Consigne :

Préparer une installation mettant en valeur les différentes productions. Pour cela, réfléchir à l’agencement, aux éclairages et aux cartels). (Nota : ne pas donner un titre qui dévoile l’intention qui visiteur doit être perçue)

SITUATION n°2-But : évaluer la pertinence de ses choix

Consigne :

Demander à des visiteurs (qui peuvent être des élèves d’autres classes) ce qu’ils perçoivent des différentes réalisations. Demander ensuite à chaque groupe d’élèves d’expliciter son intention et ses choix.

Le jugement esthétique ne sera pas de l’ordre du « beau »  ou du « bien fait », même si cela a son importance, mais portera sur  les liens qui lient « l’intention, les choix plastiques et l’effet produit », et sur la capacité des élèves à expliciter leurs choix au regard de leur intention initiale.

 

Luc Daniel – CPD Arts visuels 49

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone