Les mots du jour

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone
Pas à pas

Dégagé, chassé, jeté, assemblé, échappé sauté… la danse de La Boîte à joujoux est composée de pas dont la dénomination suit une terminologie issue entre autres de la danse classique et à laquelle les danseurs peuvent collectivement se référer. C’est ainsi que Polichinelle effectue une succession de sursauts et de fouettés. À ces pas s’ajoute tout le travail du torse qui dispose de sa propre terminologie provenant majoritairement des techniques de la danse moderne : curve, spirale, contraction, tilts, enroulé, déroulé, autant de termes pour désigner la mobilité de la colonne vertébrale, de la cage thoracique et du bassin. Les combinaisons de ces pas et mouvements sont multiples et complexes, elles peuvent porter le simple plaisir du mouvement ou vouloir signifier une intention (sentiment, action, histoire, message…) laissée toutefois à la libre interprétation du spectateur.

Générale et première

17 novembre : répétition générale en T900, dans les conditions réelles du spectacle et devant une poignée de spectateurs invités. Toute l’équipe de la création apporte les dernières retouches. 18 novembre : une représentation a lieu à 10h devant plus de 450 enfants issus des écoles primaires d’Angers et du département. 19h30, c’est la « première » de La Boîte à joujoux, c’est-à-dire la première représentation de la création qui se déroule devant le grand public. Parterre et balcon sont ouverts pour recevoir les spectateurs !

Atelier

En amont du spectacle La Boîte à joujoux, des ateliers d’arts plastiques et de pratique de la danse ont lieu avec des classes d’écoles primaires. Composition d’une histoire dans l’espace, danse et construction d’un paysage avec des objets du quotidien… ces ateliers sont des moments de découverte, d’apprentissage et de partage avec des artistes et entre élèves de la classe. Une occasion pour les enfants de devenir tour à tour danseur ou plasticien et d’exprimer aussi ce que, eux, pensent de l’art : par exemple « l’art ça sert à s’inspirer » ou encore « avant de danser, il faut réfléchir »…

Expression et caractères

La Boîte à joujoux s’appuie sur trois personnages principaux – la poupée, le soldat et Polichinelle – et sept personnages au total – le marin, Arlequin, le policier, Pierrot. A chacun d’entre eux correspondent un style et une combinaison de pas qui expriment le caractère du personnage : narquois et enjôleur pour Polichinelle, fier-à-bras pour Arlequin, aérien et gracieux pour la Poupée, saccadé et anguleux pour le Soldat, mystérieux et clownesque pour Pierrot… L’expression de ces caractères passe aussi par les chapeaux et les costumes. Au spectateur ensuite de se composer une histoire…

Chorégraphe

Un chorégraphe est une personne qui «écrit la danse», c’est-à-dire qu’il l’imagine et la compose. Il choisit les danseurs avec lesquels il souhaite travailler et plus généralement tous les artistes qui vont l’accompagner dans sa création (scénographes, musiciens…). Dans La Boîte à joujoux, ce sont cinq danseurs et danseuses qui ont été sélectionnés pour interpréter la chorégraphie conçue par Robert Swinston. Parfois le chorégraphe est lui-même interprète de son œuvre ou encore les danseurs contribuent à la création par des improvisations ou en proposant des mouvements.

Côte cour et côte jardin

Les expressions « cour » et « jardin » font partie du vocabulaire théâtral. Elles désignent, du point de vue du spectateur qui regarde la scène, le côte droit (cour) et le côté gauche (jardin). Pour les acteurs ou les danseurs sur le plateau, c’est l’inverse ! Lorsqu’ils regardent la salle, jardin est à droite, cour est à gauche… Comment s’en souvenir ? Chacun son moyen mnémotechnique… par exemple, pour les acteurs sur scène, face au public, la cour est côté du cœur, qui est à gauche. Il en existe d’autres, à vous de trouver le vôtre !

Filage

Les filages sont des répétitions de la pièce en son état d’aboutissement, sans interruption et au plus proche des conditions réelles de la représentation. Ce sont des moments où chaque membre de l’équipe de création – chorégraphe, conseiller artistique, costumiers, techniciens, créateur lumière, scénographe… – note des points à améliorer. Les danseurs effectuent des filages jusqu’à la générale, qui est une répétition de l’ensemble du spectacle avant la première représentation devant le public. Les filages sont d’efficaces étapes de travail !