Archives pour la catégorie Décors, costumes et lumières

Loges et T900

Quelques jours avant la première, les danseurs quittent le studio de création pour rejoindre la grande salle de spectacle du Quai. On l’appelle le T900 car elle accueille plus de 900 spectateurs. Dans les loges, les costumes sont suspendus dans la buanderie pour les derniers essayages. Les danseurs s’installent dans leurs loges : ils peuvent s’y changer, se maquiller, se reposer, discuter… Dans l’espace du foyer, est déposé le « catering » (repas, casse-croûtes, boissons) à disposition pour les danseurs et des écrans de retour retransmettent ce qui se passe sur le plateau : ils permettent aux danseurs de repérer le moment où ils doivent entrer sur scène. Les loges sont des lieux conviviaux de détente, de rencontre, d’échanges d’information entre tous ceux qui participent au spectacle.

Sur le plateau du T900, tout nécessite d’être recalé : volumes, placement dans l’espace, lumières, régie… les danseurs reprennent les répétitions dans les conditions les plus proches de celle du spectacle. Au parterre, le jour de la générale, circulent les régisseurs, techniciens, la conseillère artistique et le chorégraphe qui apportent les dernières retouches au spectacle présenté devant une poignée de spectateurs en attendant la première le lendemain.

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Filage avec les chapeaux et la jupe, 29 octobre 2014

Toute l’équipe de création est présente pour assister au filage. Michelle Amet, Sophie Deck et Françoise Roucou apportent les costumes déjà réalisés, notamment la jupe pour le personnage de la poupée. Tout le monde s’installe dans les gradins du studio de création pour assister au filage (environ 30 minutes) en musique. Chacun à son endroit note des éléments (techniques, costumes, mouvement…). On s’aperçoit qu’il faudra reprendre certains costumes, répéter certaines scènes, préciser des déplacements… Les filages sont des répétitions de la pièce en son état d’aboutissement, sans interruption et au plus proche des conditions réelles de la représentation.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Essayage des costumes, 20 octobre 2014

 

Les costumières viennent passer un moment en studio pour les essayages des académiques et des chapeaux. Les académiques sont blancs, avec un petit col haut. Chacun les essaye, en fonction de sa taille, et essaye ainsi les chapeaux, réalisés sur mesure en fonction du tour de tête et du personnage représenté. Étant donné l’encombrement de certains des chapeaux, les danseurs essayent certains mouvements : tourner, bouger la tête, sauter, lever les bras. Les chapeaux conditionnent ainsi la danse et il est important que les danseurs puissent travailler au plus tôt avec ces accessoires afin qu’ils s’y habituent et puissent apprendre à bouger avec eux.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Aux ateliers de décors municipaux

 

Pierre Leroy, responsable des ateliers de décors municipaux de la Ville d’Angers, explique le travail de fabrication des décors de La Boîte à joujoux : comment son équipe et lui sont passés de la maquette à la réalisation grandeur nature (1,5 m x 2 m) des quatre volumes qui constituent la boîte. Et comment ils ont réalisé la peinture d’après les originaux des deux peintres-scénographes.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Scénographie : de la conception à la réalisation

Deux scénographes ont été associés à la création, François-Xavier Alexandre et Jean-Pierre Logerais. A l’écoute de Robert Swinston, ils ont conçu l’ensemble des éléments scéniques et leur esthétique générale : décors, costumes et accessoires.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone